Chat with us, powered by LiveChat

Billet Boursier

Un indicateur annonciateur de récession propulse les marchés à la baisse

Un indicateur annonciateur de récession propulse les marchés à la baisse

Un indicateur annonciateur de récession propulse les marchés à la baisse

La fameuse courbe des taux d’intérêt vient hanter Wall Street de nouveau. En effet, tel qu’expliqué en détail dans un précédent billet, cela consiste à une inversion des courbes de taux d’intérêt des obligations gouvernementales longs termes, soit 10 ans et court terme, soit trois mois. Ainsi, cela démontre une perception du risque plus élevé des investisseurs à court terme, qu’à long terme.

De ce fait, mercredi, l’inversion de la courbe des taux s’est élargie à son niveau le plus important depuis la crise financière de 2008. Le rendement des obligations 3 mois a atteint 2,362%, tandis que celui des obligations 10 ans est tombé à 2,26%, son niveau le plus bas depuis septembre 2017. (voir graphique ci-dessous).

[1]

Cette inversion a créé beaucoup de volatilité sur les marchés. En effet, en date de jeudi après-midi, le S&P500 était en baisse de -1.53% pour la semaine.

De plus, la baisse de cette semaine est également attribuable à la poursuite de la guerre commerciale opposant la Chine et les États-Unis, alors que la Chine annonçait que la guerre commerciale pourrait s’empirer en déclarant dans le Quotidien du Peuple : « nous conseillons à la partie américaine de ne pas sous-estimer la capacité de la partie chinoise à protéger ses droits et ses intérêts en matière de commerce. Vous ne pourrez pas dire que nous ne vous avions pas prévenu! »[2] .  Il est important de noter que cette phrase n’avait été utilisée qu’à deux reprises auparavant par le gouvernement chinois, soit, en 1962, avant la guerre frontalière entre la Chine et l’Inde et avant la guerre Chine-Vietnam de 1979.

De cette façon, depuis le début de la semaine, la Chine a restreint l’importation de terre rare, notamment utilisée en électronique, aux États-Unis, ainsi que l’achat de soja américain.

En somme, cela n’augure rien de bon pour les marchés à court terme, alors que le conflit commercial entre les deux plus grandes économies mondiales s’est rapidement intensifié ce mois-ci.

[1] Source : CNBC

[2] Traduction libre

 

Huawei invoque la constitution américaine pour se sortir de l’impasse

En quête de sauver sa croissance, ainsi que son image, Huawei tente le tout pour le tout en poursuivant les États-Unis, alléguant qu’une loi interdisant aux agences gouvernementales d’acheter les équipements du géant chinois de la technologie était inconstitutionnelle. Ainsi, nous apprenions mardi qu’en mars dernier, l’entreprise chinoise avait déposé une requête en cour pour contester la constitutionnalité de l’interdiction imposée par M. Trump de commercer avec des entreprises technologies chinoises, expliquant cette mesure par un danger à la sécurité nationale.

Or, une motion a été déposée par Huawei pour accélérer le processus. En effet, Huawei présente ce qu’on appelle en droit une « requête en jugement sommaire ». C’est une demande faite par l’un des partis, qui demande à la cour de se prononcer sur une disposition interdisant au gouvernement et à ses sous-traitants d’utiliser le matériel de Huawei. Ainsi, l’objectif de Huawei est d’accélérer le processus. Si la cour se prononce en faveur du géant chinois de la technologie, un procès à part entière ne sera pas nécessaire. Cependant, les avocats du gouvernement américain pourraient toutefois demander au tribunal de rejeter la requête.

D’ailleurs, le tribunal du Texas a déjà organisé une audience pour le 19 septembre. Or, plusieurs mois pourraient être nécessaires pour obtenir une décision sur la requête de Huawei.

En somme, si Huawei venait à gagner ce procès, cela retirerait beaucoup de légitimité aux États-Unis en ce qui concerne la guerre commerciale avec Pékin. De plus, considérant que les États-Unis sont en campagne de salissage mondiale envers les Chinois et particulièrement Huawei, plusieurs alliés américains pourraient devenir réticents à emboîter le pas des États-Unis et ainsi, accueillir Huawei au dépit de M. Trump.

En revanche, si les États-Unis gagnent ce procès, cela pourrait renforcer de beaucoup leur légitimité, et ainsi encourager la chute d’Huawei. De ce fait, de demander un recours de la sorte démontre bien le désespoir de l’entreprise chinoise, qui voit la possibilité que ses idées de grandeurs soient réduites à néant.

 

L’importance de comprendre le trading avant d’investir en bourse

Aujourd’hui, grâce à l’universalité de l’information, l’accès facile aux plateformes transactionnelles d’accès direct, ainsi que la volatilité des marchés, plusieurs hommes et femmes se lancent dans l’investissement autonome. Ainsi, ils investissent de leurs précieuses économies dans les marchés boursiers, espérant aller chercher un revenu d’appoint. De ce fait, ce désir est très noble. Cependant, il est prouvé statistiquement qu’alors que le S&P500, soit le principal indice américain, produit un rendement de 11.11% sur 30 ans, les investisseurs autonomes, eux, ne produisent que 3.69%[1].

En effet, il est alors pertinent de se demander pour quelles raisons l’investisseur est-il autant désavantagé par rapport à un simple indice ? Une autre étude, cette fois produite par la firme de gestion de patrimoine Innovative wealth management, démontre que le réel problème de l’investisseur autonome est sa manière d’investir.

En effet, l’investisseur autonome moyen investit avec ses émotions. Ainsi, il prend des décisions qui ne sont basées sur rien de concret, ou presque. Cela mène à une mauvaise prise de décisions, car l’investisseur se laisse influencer par ses sentiments et prend des décisions reliées à une émotion. Que ce soit la panique due à la baisse importante d’un titre, l’euphorie d’une hausse importante ou la peur de tout perdre, le monde de la bourse et de l’investissement actif n’est pas un monde émotif. C’est plutôt un monde réaliste et ordonné où il n’y a pas de place pour les émotions. C’est pourquoi l’une des plus importantes causes d’échec en investissement boursier est l’importance octroyée aux émotions dans la prise de décision.

Ensuite, un autre facteur d’échec des investisseurs autonomes est leur manque de discipline. Effectivement, le manque de discipline chez les investisseurs autonomes se décline de différentes façons. Tout d’abord, dans la méthode de choix de titre pour leur portefeuille. Peu d’investisseurs autonomes ont une méthode claire, précise et organisée pour choisir un titre qu’il achètera ou vendra à découvert dans leur portefeuille. Avoir une méthode claire est un élément fondamental, car cela permet de contrôler une partie du côté émotif et impulsif de certains individus. De plus, avoir une méthode efficace réduit le risque d’échec, car une fois établie, la méthode encadre la prise de position, la prise de profit et le plus important la prise de perte. Cela permettra alors à l’investisseur de gérer sa position de façon rationnelle.

Finalement, un aspect qui semble plutôt basique, mais qui est fondamental à l’investissement boursier est le bon choix de titre. Nombre d’investisseurs boursiers choisissent des titres qu’ils connaissent ou simplement des titres au hasard. Saviez-vous que toutes les chances sont contre vous lorsque vous choisissez seulement un titre au hasard ou sans réelle analyse? En effet, dans une étude produite par Longboard Asset Management, faite sur le Russell 3000, soit un indice qui mesure la performance des 3 000 plus grandes sociétés américaines représentant environ 98 % du marché des actions américaines, ils ont démontré qu’entre 1983 et 2007 18,5% ont perdu au moins 75% de leur valeur, 64% des actions ont sous-performé le Russell 3000 et seulement 25% des actions ont été responsables de tous les gains du marché. Cela démontre alors qu’un investisseur qui ne sait pas choisir son titre de façon éclairée possède de grandes chances de sous-performer. Il s’agit donc d’une autre raison pourquoi l’investisseur autonome ne performe pas en moyenne.

En somme, nous avons ci-haut, 3 raisons qui démontrent l’importance de comprendre le trading avant de commencer en Bourse. Ainsi, il existe des solutions à tout cela pour que vous soyez outillés à battre les marchés et atteindre éventuellement la liberté financière.  En effet, il est possible d’apprendre à contrôler ses émotions, il est possible d’apprendre une méthode claire, précise et organisée et il est possible d’apprendre à choisir les bons titres. C’est d’ailleurs un chemin inévitable si vous désirez être prospère en bourse. De ce fait, la solution à la majorité des erreurs des investisseurs se résume par l’éducation. Il est évidemment plus facile de se lancer sans aucune éducation, mais cela se résumerait à jouer au casino. Voilà pourquoi, même si elle peut paraître onéreuse la formation est indispensable au succès boursier.

[1]   Quantitative Analysis of Investor Behavior 2014, site internet de dalbar,[en ligne]

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :

The Capitalism Distribution, site internet de Longboard Asset Management ,[en ligne], http://gallery.mailchimp.com/6750faf5c6091bc898da154ff/files/The_Capitalism_Distribution_12.12.12_1_.pdf

Quantitative Analysis of Investor Behavior 2014, site internet de dalbar,[en ligne]

http://kyestates.com/wp-content/uploads/2015/02/DALBAR-QAIB-2014.pdf

Why are Individual Investors so Bad at Investing? , site internet d’innovative wealth,[en ligne] http://www.innovativewealth.com/wall-street-wisdom/individual-investors-bad-investing/

Quantitative Analysis of Investor Behavior 2016, site internet de dalbar,[en ligne]

https://www.qidllc.com/wp-content/uploads/2016/02/2016-Dalbar-QAIB-Report.pdf

Is self-directed investing right for you?, site internet du Globe and Mail, ,[en ligne] https://www.theglobeandmail.com/globe-investor/is-self-directed-investing-right-for-you/article20555144/

https://www.cnbc.com/2019/05/30/china-makes-next-move-in-trade-war-reportedly-halting-us-soy-purchases.html

https://www.cnbc.com/2019/05/29/dont-say-we-didnt-warn-you—a-phrase-from-china-signals-the-trade-war-could-get-even-worse.html?fbclid=IwAR3L-UsTbc46oTeBwgIatIKRfI7jzevNOS2QUu-XZrX6SSqwr1tYctQwRsE

https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-05-29/morgan-stanley-says-u-s-yield-curve-now-clearly-spells-downturn

https://www.cnbc.com/2019/05/30/china-makes-next-move-in-trade-war-reportedly-halting-us-soy-purchases.html

https://www.cnbc.com/2019/05/29/us-bonds-wall-street-monitors-fresh-batch-of-economic-data-auctions.html

https://www.cnbc.com/2019/05/29/stock-markets-wall-street-monitors-intensifying-global-growth-fears.html

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.