Un copié-collé de janvier 2021

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Décidément, les années se suivent et se ressemblent. Dans le cas présent, nous pouvons prendre cet adage au pied de la lettre. Une compagnie a vu le prix de son action prendre son envol ce lundi, et ce, malgré les pronostics de son futur plutôt sombre. Cette situation nous rappelle certainement le début de 2021, alors que certains investisseurs prenaient des conseils d’investissements sur des sites tels que Reddit. Les bien-aimés « memes » stocks font-ils une réapparition, presque 1 an suivant la frénésie?

Si nous reculons de deux ans, pratiquement jour pour jour, les réseaux sociaux ont pris d’assaut quelques titres bien connus des marchés boursiers. Ces titres avaient perdu entre 75 et 90% de leur valeur prépandémique puisque leur modèle d’affaires ne leur permettait pas prendre avantage des dépenses discrétionnaires des ménages. Le premier titre d’importance venant en tête est celui de GameStop (GME :NYSE). GameStop a été la première proie des investisseurs de Reddit, qui a su faire la renommée des « memes » stocks.

Le titre, qui avoisinait le 1$ pré-2021, a vu son volume plus de quadruplé en début d’année. Le titre bondit de manière parabolique, jusqu’à atteindre un sommet de près de 87$ USD le 26 janvier 2021. Les forums en ligne avaient ciblé le titre comme étant un titre grandement vendu à découvert (ou sold short). Les usagers ont joint leurs efforts et ont envoyé leurs ordres d’achat aux marchés en quantité phénoménale. Ce faisant, les grands hedge funds qui avaient bels et biens vendu à découvert le titre, ont été dans l’obligation de racheter le titre afin de couvrir les appels de marge. Si un fonds avait vendu à découvert le titre à 10$, et qu’il à dû couvrir sa position à 70$, il s’agit d’une perte nette de 60$ par titre, en plus des frais afférant à la marge à découvert.

Source : Tradingview – 2019-auj., Cours de l’action GameStop

Les fonds spéculatifs Citron, Melvin Capital et Citadel Securities ont été parmi les joueurs les plus impactés de ce short squeeze, orchestré par des investisseurs particuliers comme vous et moi. GameStop n’a pas été seul dans la mire de ces investisseurs se qualifiant de Robin des Bois. Des titres tels que Blackberry (BB :NYSE) et AMC Entertainment Holdings (AMC :NYSE) ont également bénéficié de cette attention particulière, envoyant le prix de leurs actions à des sommets locaux.

Source : Tradingview – 2019-auj., Cours de l’action de BlackBerry et AMC Entertainment Holdings

Toutefois ces derniers jours, deux autres titres ont reçu le même genre d’attention que les fameux « memes stocks » de janvier 2021. Il s’agit ici de Bed Bath & Beyond (BBBY :Nasdaq) et Carvana (CVNA :NYSE).

Bed Bath & Beyond, fait cependant objet d’examen minutieux puisqu’une faillite potentielle pourrait être dans les cartes pour la compagnie. L’entreprise œuvrant dans la vente au détail d’articles de décorations, serviettes et literies peine à se remettre sur pieds et les liquidités manquent afin de remplir les tablettes et de rémunérer leurs employés. La semaine dernière, JPMorgan Morgan Chase (JPM :NYSE) a envoyé une notice de défaut à la compagnie sur l’un des prêts contractés auprès de la banque. Présentement, toutes les alternatives sont considérées, allant de la restructuration pour compagnie en détresse, jusqu’à la faillite tout simplement. Le détaillant présentait à ses états financiers du 3e trimestre 2022 des dettes totalisant 5.2 milliards de dollars américains, dont 2 milliards en dettes long terme et 1.4 milliard en crédit-bail.

Source : Tradingview – Cours 1 an de l’action de Carvana et Bed Bath & Beyond, 30 janvier 2023

Dans le cas de Carvana, il s’agit d’un moment crucial dans l’approche de leur modèle d’affaires. Pour ceux et celles moins familiers avec le modèle de Carvana, il s’agit d’un distributeur et détaillant d’automobiles, 100% en ligne. Un acheteur peut consulter le catalogue en ligne en précisant ses critères tel la marque, modèle, année, couleur et prix. Une fois payé, soit par financement, par virement en ligne ou financé par tierce partie, le client peut récupérer son véhicule dans l’une des succursales ou encore la faire livrer directement chez soi.

Il s’agissait d’un modèle d’affaires qui plaisait bien aux consommateurs, en pleine pandémie, éviter les endroits bondés de gens et limiter ses interactions apportaient leur pesant en or. Quel est le problème alors ? La compagnie reçoit d’innombrables poursuites judiciaires, plaintes et autres demandes de dédommagements.

Les plaintes sont d’autant plus variées, allant de problèmes avec l’enregistrement des véhicules achetés, jusqu’à avoir vendu un véhicule volé. De nombreuses succursales ont même essuyé des interdictions de vendre des véhicules pour plusieurs mois suivants des plaintes de réclamation de montants indus.

Vous aurez deviné que ce genre d’items ne font pas bonne figure sur des états financiers, d’autant plus que les ventes de véhicules ne génèrent pas d’énorme marge de profit. Les résultats du 3e trimestre de 2022 montrent une perte de 2.67$ par action, des ventes à la baisse de 6% comparativement à l’an dernier et une diminution de marge bénéficiaire brute de 5%.

Le cours de l’action a perdu près de 95% de sa valeur depuis le début de 2021, mais a toutefois enregistré une croissance de 116% ce dernier mois, et atteint maintenant la barre des 10$ par action. Alors que le titre reprend de la vigueur, il s’agirait en réalité d’ordres d’achat sur le marché, venant enrailler les positions de certains investisseurs qui ont vendu à découvert le titre de Carvana. Puisque la faillite demeure dans les possibilités, celle-ci s’est prévalue d’une stratégie afin de repousser les potentiels acheteurs hostiles.

Carvana a adopté un plan de poison pill, ou de dilution d’actions la semaine dernière. Cette stratégie se veut d’être défensive face à une industrie en difficultés. Il est à noter que Carvana possède de nombreuses pertes d’opérations reportables, qui peuvent rapidement devenir intéressantes pour un grand joueur de l’automobile afin de bénéficier de ces pertes et diminuer son propre revenu imposable. Quoiqu’il ne soit pas impossible pour un acquéreur potentiel de faire une offre d’achat, il en devient beaucoup plus compliqué que de mettre sur pieds une stratégie d’acquisition hostile sur Carvana.   

Sources:

https://www.thestreet.com/memestocks/gme/gamestop-stock-soars-on-its-2-year-short-squeeze-anniversary

https://www.thestreet.com/memestocks/gme/the-link-between-citadel-and-gamestop-stock

https://www.reuters.com/business/retail-consumer/bed-bath-beyond-receives-default-notice-jpmorgan-2023-01-26/

https://finance.yahoo.com/news/carvana-adopts-poison-pill-avoid-105720647.html

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés, et n’a aucune intention d’initier des positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *