Les transactions abandonnées sont parfois les meilleures

Fidèle aux tabloïdes américains, les soubresauts des banques régionales américaines ont maintenant franchi la frontière. Non pas dans le sens de contagion directe sur nos Big 6, mais bien sur leurs décisions d’affaires et d’expansion. L’incertitude, étant le thème de l’heure, a fait capituler une de nos précieuses banques sur une décision d’envergure. Cette capitulation cependant, ne semble pas avoir été une décision pleinement sous leur contrôle. Anatomie d’une transaction abandonnée.

La semaine dernière, sous les rumeurs et l’anxiété de la santé du système bancaire américain et de ses plus de 4,500 banques régionales, une nouvelle est quelque peu passée rapidement dans les actualités. Le revirement de décision majeure de la banque Toronto-Dominion (TSX :TD) sur une transaction annoncée en février 2022. À cette époque, la TD avait le plaisir d’annoncer son intention d’élargir ses opérations et de prendre un autre grand pas dans le territoire américain en acquérant la First Horizon Corp (NYSE :FHN).

La transaction prévoyait un paiement uniquement en argent, au montant de 13.4 milliards de dollars américains, ou 25$ l’action afin d’accélérer leur croissance au sud de la frontière canado-américaine. La banque régionale de taille devait permettre à TD d’aligner la culture de gestion de risque de celle-ci aux opérations américaines et ainsi offrir une culture bancaire balancée et sécure. L’acquisition ne prévoyait aucune fermeture de point de service et à l’inverse, semblait vouloir se poursuivre dans les communautés locales. Évidemment, à l’époque, toutes les parties se voyaient gagnantes.

Source : Tradginview – FHN, stock price performance 2020-01 to 2022-05

La deuxième banque d’importance au Canada, ayant maintenant fait sa revue diligente sur les opérations de la banque américaine, était en attente des approbations des entités de régulations. Quoique les actionnaires de la TD comprenaient l’envergure d’une telle transaction, le temps s’écoulait. Il s’est en réalité écoulé jusqu’à récemment, où les banques régionales débutaient à montrer leurs signes de faiblesses. Ces faiblesses, à lire ici, faillites, ont éventuellement semées des doutes parmi les actionnaires qui étaient jusqu’ici patients et silencieux.

L’obtention de l’approbation des régulateurs est une condition usuelle à n’importe quel contrat d’acquisition ou de fusion corporative. Il s’agit en réalité davantage d’une formalité qu’une condition lorsque le secteur d’affaires n’est pas déjà hautement concentré (petit clin d’œil à l’acquisition de Shaw par Rogers). Or ici, l’environnement des banques aux États-Unis était dominé par des faillites, difficultés financières et autres rumeurs à saveurs similaires. Les actionnaires de la TD, majoritairement canadiens, urgeait les exécutifs de la banque à renégocier, voir abandonner, la transaction de First Horizon. Ce sentiment d’urgence était devenu perceptible au début avril 2023, soit une époque où les approbations étaient toujours en attente, mais surtout une époque où l’échec de la transaction dû aux approbations venait avec une indemnisation de 25 millions de dollars à First Horizon. L’abandon « sans raison valide » de la transaction exposait la TD à des poursuites judiciaires, quantifiées à près de 1,6 milliard.

La semaine dernière, alors que la pression montait sur le système américain, la TD annonçait qu’elle mettait fin à leur entente d’acquérir First Horizon. L’annonce a provoqué une onde de choc sur le cours de la banque américaine, une parmi tant d’autres.  

Source : Tradingview – cours des prix de TD et FHN, dernier 6 mois, 2023-05-08

Le titre de First Horizon, sur un respirateur artificiel de par ses liens avec la transaction avec TD, a chuté de plus de 40% jeudi dernier. Les clients et investisseurs de First Horizon se retrouvent donc sans filet de sauvetage dans un marché où la volatilité règne et les rumeurs sont monnaie courante. Les actionnaires de TD ont plutôt vu une progression du cours de l’action, un signe de soulagement face à l’inconfort auquel ils étaient confrontés.

Suite à cette annonce majeure, plus d’informations sont sorties sur les raisons entourant le retrait mutuel de l’entente. L’hypothèse amenée est reliée aux délais occasionnés par l’OCC ou Office of the Comptroller of the Currency de donner leur accord. Le régulateur américain disait avoir mis la main sur une manutention suspecte de certaines transactions de la clientèle à la Toronto-Dominion. Les agissements en question devenaient un obstacle au niveau de la lutte contre le blanchiment d’argent, une législation sévère et rigoureusement appliquée au niveau bancaire canadien. Malgré les efforts des deux parties de s’entendre avec l’OCC et d’incorporer des mesures compréhensives sur ce front, elles ont malheureusement dû annoncer l’abandon de la transaction qui macérait depuis plus d’un an dans les mains des régulateurs américains.

Certains politiciens américains dans cette même année ont soulevé l’importance de la Toronto-Dominion aux États-Unis avec leurs multiples acquisitions dans la dernière décennie. Il est à se demander si le protectionnisme américain s’applique même à un réseau de plus de 4,500 constituants et qu’une raison « règlementaire » et « subjective » aurait été mise en place afin de justifier un refus après ces mois d’attente.

Ce même réseau, qui tombe aujourd’hui pièce par pièce et serait en grand besoin de rescousse externe, décide de conserver et confiner ses problèmes à l’intérieur de ses frontières. Quoiqu’il soit vrai que TD possède une image forte et grandissante aux États-Unis, l’acquisition d’une banque régionale aurait bien été en mesure d’offrir un moment de répit au secteur bancaire. D’autant plus que l’annonce d’acquisition ait été effectuée en début 2022, moment où tout allait encore bien au niveau des banques, il ne s’agissait pas d’opportunisme, plus que de développement des affaires. Dans ce cas-ci spécifiquement, il pourrait s’avérer vrai que les meilleures transactions sont celles qui ne sont pas réalisées.

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Sources:

https://www.newswire.ca/news-releases/td-to-expand-in-the-southeastern-u-s-with-acquisition-of-first-horizon-840551528.html

https://financialpost.com/fp-finance/banking/td-shareholders-ditch-renegotiate-first-horizon-deal

https://www.reuters.com/markets/deals/td-first-horizon-call-off-134-bln-deal-2023-05-04/

https://financialpost.com/fp-finance/banking/td-bank-first-horizon-deal-meltdown-traders-scrambling

https://www.bnnbloomberg.ca/td-s-transaction-practices-drew-regulator-scrutiny-on-nixed-deal-1.1917401

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés, et n’a aucune intention d’initier des positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *