Les évènements hallucinants d’un secteur en consolidation

Un peu d’action sur un créneau du marché plutôt tranquille en ces temps tumultueux pour les banques. Le secteur du cannabis, qui s’est vu être le préféré comme le détesté des marchés et analystes, a perdu une plume ou deux encore une fois ce lundi. Une transaction et une faillite, de quoi raviver le débat sur la rentabilité de nos compagnies de cannabis locales et remettre en question une entrée à grande échelle sur le marché américain.

La transaction de cette semaine sur le marché du cannabis revient à Tilray Brands (TLRY :TSX), une compagnie américaine se spécialisant en produit pharmaceutique et production de cannabis. La compagnie dispose maintenant de filiales en Nouvelle-Zélande, en Australie, en Allemagne, au Portugal et en Amérique latine. La société produit actuellement du cannabis à vocation médical et désirait entre autres étendre leur expertise en ajoutant la compagnie canadienne Hexo Corp (HEXO :TSX).

Les grandes lignes de la transaction prévoient un prix d’achat de 229 millions de dollars américains. 56 millions seront payés en actions de Tilray et ce dernier exercera pour 173 millions de dettes convertibles qu’elle détient déjà au compte de Hexo. Cette dette convertible avait été acquise auprès du créditeur précédent de Hexo, HT Investments, à l’été 2022. Les actionnaires actuels de Hexo recevront donc une compensation de 0.4352 action de Tilray, soit l’équivalent de US1.25$.

À l’annonce de la transaction en fin de journée lundi, le titre de Hexo a rapidement grimpé à US1.72$, avant d’amorcer sa descente vers le prix offert, soit une chute de 26% après la fermeture des marchés. Avant cette annonce, le cours normal était de US1.31$. De l’autre côté, l’acquéreur voyait son titre plonger à 2.60$ après la fermeture, soit exactement le même niveau qu’à l’ouverture. Ce recul effaçait toutefois les gains de 5.4% de la journée de lundi.

Source : Tradingview – Cours du dernier mois des titres de Hexo Corp et Tilray Brands sur le Nasdaq – 10 avril 2023

En reculant en décembre 2020, Hexo Corp avait acquis une position majoritaire dans la société Aphria inc. alors qu’elle rencontrait elle-même des difficultés financières, à peine quelques années après la légalisation du cannabis au Canada. En renforçant sa position sur le marché canadien, Hexo a été en mesure de survivre aux soubresauts des dernières années, mais s’est avéré insuffisant afin de demeurer solide dans ce marché difficile. Tilray bénéficiera également d’un paiement unique venant de Hexo, d’un montant de 18.5 millions, pour bris de contrat de service, qui avait été mis en place en avril 2022 entre les deux compagnies.

La transaction s’est vue facilitée par la direction de Hexo suite à cette entente, qui aurait libéré plusieurs dizaines de millions en synergies entre elles.

En continuant maintenant dans la réorganisation générale du secteur du cannabis au Canada, la compagnie ontarienne Phoena Holdings a émis une notice pour un arrangement avec ses créanciers. Cette notice survient après seulement 55 semaines d’opération suivant sa première demande de protection contre les créditeurs.

En effet, à cette époque, elle se nommait CannTrust Holdings. Fondée en 2013, CannTrust aurait croulé sous le poids des scandales concernant ses licences d’opération. La compagnie aurait opéré au Canada pendant plusieurs années sans avoir les licences requises auprès du gouvernement et les répercussions de ces scandales ont bien failli faire partir son historique en fumée. L’entrée d’un nouvel investisseur ayant pris une position majoritaire dans la compagnie et la renommant Phoena Holdings aura mis la société sur respirateur artificiel, tout en sortant de la protection des créditeurs.

Ce nouvel investisseur, Marshall Fields International, une filiale de Kenzoll, une firme néerlandaise de capital de risque, en ayant investi 16.7 millions dans la société avait tout intérêt à ce que celle-ci réussisse dans le milieu. Malheureusement, l’exercice financier de 2022 s’est avéré plutôt décevant. Des revenus de 13.2 millions ont donné place à une perte de 24.8 millions de dollars. La firme fait face à 77 millions en dettes et n’aurait effectué aucun des paiements requis sur sa facilité de crédit de 22.5 millions depuis novembre dernier.

Décidément, l’histoire à succès des premières années du cannabis au Canada a été minée par des scandales suivis de difficultés financières, gracieuseté de la pandémie et de la hausse des taux d’intérêt. Malgré l’abandon des accusations par la Ontario Securities Commission depuis les infractions, le marché semble encore s’adapter à la demande réelle de sa géographie.

D’ailleurs, le créneau géographique, soit les États-Unis, était un vecteur de croissance d’importance pour les grands joueurs canadiens. Avec la chute des dernières années de l’industrie du cannabis, les espoirs d’un jour percer le marché américain s’effrite de mois en mois. À l’inverse, les quelques compagnies américaines ayant les licences valides afin de produire le cannabis médical commencent à s’intéresser aux compagnies canadiennes. Cet intérêt s’inscrit directement dans le fameux dicton « Buy low, sell high », une stratégie opportuniste, qui risque bien de réussir si le prix payé est de quelques sous sur le dollar.

Les investisseurs canadiens auraient perdu un cumulatif de 131 milliards en investissant dans les quelque 183 producteurs de cannabis listés sur les marchés boursiers. Les magasins de vente de cannabis remarquent également que le but premier du gouvernement fédéral, soit d’enrayer le marché noir du cannabis, ne s’est pas concrétisé, malgré la légalisation. Les coûts de production du cannabis, comme le voudrait Santé Canada, est encore trop dispendieux à ce jour afin de compétitionner contre le marché noir, laissant le choix plutôt facile aux utilisateurs. Comme quoi, les investisseurs, producteurs et gérant de points de vente sont perdants… au profit des utilisateurs, qui bénéficient d’un marché plus compétitif pour leur dealer du coin!

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

Sources:

https://www.bnnbloomberg.ca/tilray-to-strike-us-250m-deal-to-buy-hexo-sources-1.1906011

https://seekingalpha.com/news/3955434-hexo-corp-sinks-after-tilray-brands-confirms-acquisition

https://www.theglobeandmail.com/business/article-cannabis-carnage-continues-as-former-canntrust-enters-ccaa-protection/

https://www.thestar.com/business/2022/03/15/canntrust-to-change-name-as-it-exits-creditor-protection-with-new-majority-investor.html

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés, et n’a aucune intention d’initier des positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *