Des hauts et des bas, sans discrimination

Par Olivier Gélinas, Analyste Financier, Contributeur pour DayTrader Canada

L’année vient à peine de débuter que les mêmes vieilles discussions reprennent sur notre économie. Cette semaine, le secteur immobilier revenait en force dans la mire des analystes et économistes. D’autres baisses au niveau du volume de vente et du prix de celles-ci sont attendues, donnant raison aux augmentations du taux directeur de la Banque du Canada. De l’autre côté du spectre, les cryptomonnaies reprennent vie, après une année plutôt tranchante pour de nombreux joueurs.

Encore en ce début d’année, les analystes prévoient une diminution des prix et des volumes au niveau des transactions immobilières, un effet direct des hausses de taux de 2022. Les ventes, compilées par l’Association Canadienne de l’Immobilier, ont diminué de 39.1% depuis l’an dernier en décembre 2022. Les prix observés ont également connu une grande diminution dans les grands centres, soit 12%, ou 626 318$ plus bas que l’an dernier à pareille date.

Quoiqu’uniquement indicatif, le cours du titre de Vanguard, le Vanguard Real Estate Index Fund (VNQ :NYSE) a connu une décroissance depuis le début de 2022. Ce FNB qui tente de répliquer la performance du marché de l’immobilier américain, fait écho de ce qui est observé sur le marché.

Il est à se rappeler que la performance du FNB est souvent en retard par rapport aux transactions réelles comptabilisées du marché. Le regain récent du cours de l’action est attribué à la vague d’achat du 3e trimestre de 2022, ou de nombreux nouveaux acheteurs se sont enfin portés acquéreurs d’une propriété. Ces derniers ont été longuement assis sur les lignes de côtés avant de pouvoir faire leur entrée. Alors que les taux augmentaient, les liquidités ayant été mises de côté ont finalement pu être déployées sur le marché.

Source : Tradingview – cours de VNQ :NYSE de 2020-01 à 2023-01

L’accalmie des derniers mois sur le marché immobilier a permis aux paliers règlementaires de ramener en vogue des tests de qualifications hypothécaires plus stricts pour les acheteurs. Il est d’autant plus d’actualités que de faire ce type de révision alors que le BoC s’apprêterait à augmenter les taux d’un autre quart de pourcentage ce 25 janvier.

Le Bureau du surintendant des institutions financières (le BSIF) analyse présentement plusieurs scénarios dans lesquels les nouveaux acheteurs seraient soumis à une batterie de tests financière. Ces tests ciblent les ratios de prêt-sur-revenus, dette-sur-revenus et couverture du service de la dette, soit la capacité d’un ménage ou individu à remplir leurs obligations face à leur niveau de dette. Évidemment, tous ces ratios se voient plus difficiles à atteindre avec la hausse des taux.

À titre indicatif, l’un des tests afin de se qualifier, est de prendre le taux auquel le ménage se qualifie pour une hypothèque non assurée, et d’y ajouter 2 points de pourcentage.

De nouvelles mesures sont considérées alors que les taux de défaut au Canada augmentent et font craindre le pire. La semaine dernière, la Banque de la Nouvelle-Écosse (BNS :TSX) annonçait qu’environ 20 000 clients pourraient être en défaut de paiement prochainement. Quoiqu’il s’agisse de 2.50% des clients des prêts hypothécaires de la banque, il est facile d’imaginer que les autres grandes banques canadiennes sont dans une situation similaire.

De l’autre côté maintenant, les cryptos sont en haussent! 2022 a été une année sans aucune pitié pour les cryptomonnaies et ses diverses plateformes. La chute de Terra Luna a entraîné plusieurs entités avec elle dans sa chute.  Celsius Network, Voyager, BlockFi, 3AC et le dernier d’importance, FTX. Le bear market que le marché a connu ces derniers mois, voire cette dernière année, plane toujours sur le sentiment général. Toutefois, la semaine dernière, une flamme s’est ravivée.

La performance du Bitcoin ($BTC) affiche une augmentation de 26% dans les derniers 30 jours, alors que son compétiteur, l’Ether ($ETH), affiche près de 34%, en date de ce lundi 16 janvier. L’enthousiasme des derniers jours vient en partie des chiffres encourageants de l’emploi aux États-Unis. Malgré une économie fragilisée par les taux d’intérêt et l’inflation, chaque bonne nouvelle se voit projetée rapidement sur les marchés.

Dans le même ordre d’idées, il devient apparent que plusieurs grands joueurs du marché, notamment les banques, travaillent sur leur propre version de paiement et financement dans l’industrie de la crypto. Alors que Amazon (AMZN :Nasdaq) via son service AWS, annonçait la semaine dernière son partenariat avec la chaîne de blocs Avalanche ($AVAX), envoyait le prix de sa crypto native à la hausse. Un maigre 38% a été enregistré en 7 jours suite à cette nouvelle. Toutefois, les sociétés d’ici prônent pour plus d’encadrement de la nouvelle catégorie d’actifs. Paul Brody, directeur mondial de l’innovation blockchain de chez Ernst & Young, pointe entre autres les lacunes législatives, qui ont laissé entre autres des situations comme FTX, une multinationale énorme, avoir un trou béant de plus de 8 milliards dans son bilan financier.  

Le point de M. Brody n’est pas d’instaurer un encadrement rigide et contrôlé par l’état, puisque c’est entre autres un des éléments que la sphère cryptographique souhaite éviter. Il s’agirait plutôt de revamper le cadre règlementaire et de l’intégration de cette nouvelle infrastructure aux systèmes actuels.

Malgré la dégringolade fulgurante des marchés des cryptomonnaies, il semblerait que ces derniers ne disparaitront pas de sitôt. La résilience dont cette nouvelle catégorie d’actif et sa corrélation parfois négative avec les marchés boursiers traditionnels peuvent faire bénéficier les investisseurs d’une certaine diversification. Alors que l’immobilier se présente comme une diversification évidente dans un portefeuille, il est possible que cette catégorie voie un nouveau compétiteur.  La seule différence est que l’un est beaucoup moins tangible que l’autre.

Sources:

https://financialpost.com/real-estate/mortgages/osfi-mortgage-stress-test-public-input

https://www.bnnbloomberg.ca/crea-predicts-2023-home-sales-to-edge-down-0-5-from-2022-mark-1.1870720

https://www.lesaffaires.com/techno/internet/crypto-le-manque-de-reglementations-pertinentes-decourage-les-acteurs-institutionnels-/638667

https://blockworks.co/news/ava-labs-partnership-with-amazon-cloud-triggers-avax-rally

https://financialpost.com/real-estate/mortgages/mortgage-defaults-foreclosures-rising

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés, et n’a aucune intention d’initier des positions dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *