Chat with us, powered by LiveChat

Billet Boursier

Wall Street retient son souffle avant la sortie de la FED la semaine prochaine

Wall Street retient son souffle avant la sortie de la FED la semaine prochaine

Wall Street retient son souffle avant la sortie de la FED la semaine prochaine

Les paris sont ouverts à savoir si la Réserve fédérale américaine (FED), baissera, gardera stable ou même montera sa fourchette de taux directeurs la semaine prochaine. Actuellement, trois camps s’affrontent : ceux qui croient que les taux seront diminués de 0,25 %, ceux qui pensent que les taux seront réduits de 0,50 % et ceux qui imaginent que les taux seront maintenus stables. Ainsi, pour bien comprendre cette situation, il faut retourner en arrière dans le temps.

En effet, il y a moins d’un an, soit le 27 septembre dernier, la Réserve fédérale américaine annonçait que tous les éléments fondamentaux semblaient parfaits, que l’économie américaine était en pleine croissance et que pour cette raison, ils augmentaient la fourchette de taux directeur de 0,25 %, avec l’intention de la faire croître encore une fois en décembre.

Une correction boursière plus tard, soit le 19 décembre, on annonçait que la hausse de 0,25 % allait se concrétiser, pour mener le taux directeur à 2,50 %. Or, un gros bémol s’ajoutait à cette annonce : M. Powell appliquait un changement dans son discours. De ce fait, il a affirmé que de nouvelles augmentations progressives du taux des fonds fédéraux pourraient être « justifiées » alors que quelques mois auparavant, il affirmait simplement que de nouvelles augmentations graduelles seraient « nécessaires ». Ainsi, ce changement dans son vocabulaire démontrait bien une possible fin de la politique monétaire restrictive qu’est la hausse des taux d’intérêt.

Ce changement de discours s’est également concrétisé alors que dans la première moitié de l’année 2019, le statu quo a été de mise au niveau des taux.  Cependant, un changement de cap total s’est déroulé à la dernière rencontre du 19 juin dernier : la Réserve fédérale a ouvert la porte à des baisses de taux. Ainsi, pour bien comprendre, alors qu’il y a moins d’un an, M. Powell annonçait que l’économie demeurait en surchauffe, et qu’il fallait la ralentir… Aujourd’hui, le comité des gouverneurs de la Réserve fédérale envisage de baisser les taux, soit d’appliquer une politique monétaire expansionniste dans le but d’accroître les réserves bancaires et ainsi relancer l’économie.

Maintenant, pourquoi est-ce que la rencontre de la semaine prochaine semble si critique ? Tel qu’exprimé plus haut, baisser les taux viendrait à tomber dans des politiques monétaires expansionnistes, ce qui lance un message important : l’économie américaine ralentit vraisemblablement, et la Réserve fédérale se doit de l’aider à repartir.

En somme, d’un point de vue de l’investisseur actif, qu’est-ce que cela implique ? Selon plusieurs analystes, dont Maneesh Deshpande, stratège en chef pour les actions américaines chez Barclays, si la Réserve fédérale venait à baisser ses taux de 0,25 %, le marché aurait peu de réactions, puisque cette prédiction paraît déjà escomptée dans le prix. En effet, selon M. Deshpande, sur la base des prix des contrats à terme actuels, le modèle de Barclays indique que les rendements des actions atteindraient environ 0 % pour une réduction des taux de 0,25 % et d’environ 1,2 % pour une réduction des taux de 0,50 %. Finalement, dans le cas très peu probable de l’absence de réduction des taux, son analyse indique que les actions diminueraient d’environ 1 %.

 

Facebook punit à la hauteur de 5 milliards de dollars pour ses manquements à la vie privée

Facebook inc. (NASDAQ : FB) paiera une amende record de 5 milliards de dollars en raison du dénouement d’une enquête gouvernementale sur ses pratiques en matière de confidentialité, a annoncé mercredi la US Federal Commission.

En effet, l’enquête a révélé un large éventail de problèmes de confidentialité. Cela a été déclenché l’année dernière, après que des allégations selon lesquelles Facebook aurait violé un décret de 2012 en partageant de manière inappropriée des informations appartenant à 87 millions d’utilisateurs avec le cabinet britannique de conseil politique aujourd’hui disparu : Cambridge Analytica. Fait cocasse, parmi les clients du cabinet de conseil figurait la campagne électorale de 2016 du président Donald Trump.

Ensuite, du côté de Facebook, on a confirmé qu’on paierait l’amende de 5 milliards de dollars et que l’accord avec la Federal Trade Commission fournirait « un nouveau cadre complet pour la protection de la vie privée des personnes ». De plus, Facebook est tenue d’établir un nouveau comité du conseil d’administration consacré uniquement à la protection de la vie privée. Ainsi, Mark Zuckerberg devra fournir à la FTC un rapport trimestriel sur la manière dont Facebook protège la confidentialité des utilisateurs.

Finalement, cela n’a pas empêché Facebook de sortir d’excellents résultats financiers mercredi après la fermeture des marchés. En effet, le géant des médias sociaux a réalisé un chiffre d’affaires de 16,89 milliards de dollars au deuxième trimestre, ce qui dépasse les 16,49 milliards de dollars estimés par les analystes. De ce fait, le chiffre d’affaires a progressé de 28 % s’améliorant de 2 points de pourcentage par rapport au premier trimestre. De plus, le bénéfice par action a atteint 1,99 USD, au-dessus d’un consensus de 1,88 USD. Or, à la suite de l’amende de 5 milliards de dollars US, Facebook a plutôt un revenu par action pour ce trimestre de 0,91 $.

 

Simulation boursière : la meilleure manière d’apprendre la bourse

Lorsqu’on termine une formation ou après avoir fait de nombreuses heures de recherches sur la Bourse, il paraît tout à fait normal d’avoir envie de se lancer directement dans les marchés, en rêvant d’être profitable immédiatement. Or, l’atteinte de cette profitabilité instantanée est rarement le cas. Ainsi, voilà pourquoi le simulateur semble la meilleure manière d’apprendre en Bourse.

Dans un premier temps, plusieurs éléments se rapportant à l’investissement actif s’apprennent uniquement qu’en l’appliquant. De ce fait, l’un des éléments majeurs du succès boursier demeure le contrôle de ses émotions. Ainsi, en réalité, tel que M. Benjamin Graham, l’a affirmé  dans son excellent livre The Intelligent Investor : « investir ne consiste pas à battre les autres à leur jeu. Il s’agit de vous contrôler à votre propre jeu. »[1] De ce fait, cela s’apprend uniquement par la simulation.

Dans un deuxième temps, un autre élément fondamental au succès en Bourse s’avère la discipline. Malheureusement, cela ne s’apprend pas, il devient nécessaire de se la bâtir nous-mêmes. Ainsi, transiger en simulation est la base de la construction de cette discipline. De ce fait, si vous négociez négligemment avec votre compte « démo », vous ferez de même avec votre compte réel. En revanche, si vous oubliez que vous transigez en « démo » et que vous transigez avec autant de sérieux que votre compte réel, alors la discipline qui reste nécessaire au succès boursier sera déjà induite en vous, et vous connaîtrez sans aucun doute du succès avec votre « vrai » compte.

Dans un troisième temps, la taille de votre compte de simulation doit équivaloir  à votre compte réel. Ainsi, si vous prévoyiez ouvrir un compte réel avec 1 000 dollars, entraînez-vous également avec un compte « démo » de 1000 dollars. De cette façon, cela aide énormément à vous comporter avec votre compte « démo » exactement comme votre compte réel.

Finalement, gardez à l’esprit que votre compte « démo » doit être traité exactement comme votre compte réel, et qu’un compte « démo » rendra les erreurs normales de débutant beaucoup moins onéreuses.

[1] Traduction libre

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :

https://www.federalreserve.gov/monetarypolicy/fomc.htm

https://finance.yahoo.com/news/preview-feds-last-monetary-policy-announcement-2018-155802273.html

https://www.wsj.com/articles/fed-raises-interest-rates-signals-one-more-increase-this-year-1537984955

https://tradingeconomics.com/united-states/interest-rate

https://www.thebalance.com/fed-funds-rate-history-highs-lows-3306135

https://www.cnbc.com/2019/07/23/the-fed-has-three-options-ahead-heres-the-difference-between-them.html

https://www.cnbc.com/2019/07/24/heres-how-the-stock-market-will-react-to-a-rate-cut-next-week.html

https://www.cnbc.com/2019/07/24/reuters-america-update-2-facebook-to-pay-record-5-bln-u-s-fine-over-privacy-violations-critics-call-it-a-bargain.html

https://www.cnbc.com/2019/07/24/facebook-to-pay-5-billion-for-privacy-lapses-ftc-announces.html

https://seekingalpha.com/news/3480786-ftc-approves-5b-facebook-settlement-fb-minus-1_4-percent

https://www.thestreet.com/technology/facebook-beats-estimates-and-guides-cautiously-7-key-takeaways-15032144

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.

Add comment