Chat with us, powered by LiveChat

Billet Boursier

Retour sur l’entrée en Bourse de Uber

Retour sur l’entrée en Bourse de Uber

Retour sur l’entrée en Bourse de Uber

Vendredi dernier, Uber (NYSE : UBER), la populaire plateforme de transport faisait son entrée en Bourse. Dans un premier temps, après une courte hausse, les vendeurs ont pris le contrôle, forçant le titre à la baisse pour la journée. La situation s’est poursuivie lundi, alors que Uber fermait la journée à 37.10$, soit en baisse de 10.75% pour la journée et en baisse de 11.67% depuis son entrée en Bourse. En revanche, mardi, le cours de l’action a connu une certaine reprise après la publication de la nouvelle que la Commission nationale des relations de travail des États-Unis a déclaré que les conducteurs d’Uber étaient classés en tant qu’entrepreneurs individuels et non en tant qu’employés et n’avaient donc pas droit au salaire minimum et à une augmentation de salaire lors des heures supplémentaires. Ce qui représente une baisse de fardeau fiscal pour l’entreprise cotée en Bourse.

Dans un second temps, d’un point de vue financier, est-ce que Uber est une entreprise prometteuse? Sur papier, en 2018 Uber fut profitable. Cependant, il faut creuser un peu plus loin pour se rendre compte que la profitabilité de l’entreprise est causée par la vente de ses activités russes à Yandex (NASDAQ : YNDX) et ses activités en Asie du Sud-Est à Grab, rapportant près de 5 milliards de dollars. De ce point de vue, Uber devra livrer la marchandise pour continuer sa hausse en Bourse. Puisqu’en effet, depuis mardi le titre est en hausse telle une fusée. L’entreprise enregistre une hausse de 7.71% mardi, 3.33% mercredi et jeudi midi, le titre se transigeait à plus de 43.68, ce qui représente encore une fois une hausse de 5.84%. Ces trois jours de hausse importante effacent la baisse post entrée en bourse et enregistre un gain de 4.38% depuis son entrée en bourse.

En somme, les mois d’avril et de mai furent parsemés d’entrée en Bourse très intéressante, telle que Uber (NYSE : UBER), Beyond Meat (NASDAQ : BYND) et Zoom vidéo communication (NASDAQ : ZM). D’ailleurs, ces trois entreprises enregistrent d’intéressants gains depuis leur entrée en bourse, ainsi elles pourraient être très intéressantes à surveiller.

 

Avec la nouvelle vague de tarifs, quels secteurs sont impactés par les tarifs?

Vendredi dernier, à la suite de l’échec des négociations entre la Chine et les États-Unis, le gouvernement américain a imposé une taxe de 25% sur 200 milliards de dollars de valeur de produits chinois. Or, qu’est-ce qui a été impacté exactement? En voici une liste du top 10[1] :

  1. Équipements de télécommunication
  2. Circuits électroniques informatiques
  3. Unités de calcul
  4. Mobilier métallique (sauf sièges)
  5. Pièces d’ordinateurs
  6. Mobilier en bois
  7. Convertisseurs statiques
  8. Couvertures de sol en vinyle
  9. Sièges avec cadre en bois
  10. Pièces d’automobiles

Dans un second temps, du point de vue de la Chine, cette hausse de tarif ne reste pas impunie. En effet, la Chine a annoncé qu’elle augmenterait les droits de douane sur les produits américains à hauteur de 60 milliards de dollars US à compter du 1er juin. D’ailleurs, cette hausse de la part de la Chine a eu comme effet de faire chuter les marchés américains lundi. Ainsi, lundi, le S&P500 chutait de -2.41%, clôturant à 2811,90$. En somme, nous pouvons affirmer que la guerre des tarifs a repris de plus belle entre les deux puissances mondiales. Enfin, pour mieux s’y retrouver, la BBC a produit un graphique très intéressant :

Dans un troisième temps, une question se retrouve sur toutes les lèvres : qui paiera pour cette hausse de tarifs? Selon plusieurs analystes, malheureusement, ce seront les consommateurs américains qui paieront pour cela. En effet, les hausses tarifaires pourraient peser sur la croissance des deux économies et freiner la croissance mondiale. De plus, selon Jacob Parker, vice-président du US-China Business Council, groupe commercial qui représente les intérêts des entreprises américaines en Chine, « L’augmentation des droits de douane fait beaucoup de tort à l’industrie, aux agriculteurs et aux consommateurs américains, cela diminuera la compétitivité des entreprises américaines, réduira l’efficacité de leurs chaînes d’approvisionnement mondiales et aura des répercussions sur l’économie américaine. Pur et simple, il s’agit d’une taxe sur le consommateur américain ».

En somme, cette guerre de tarifs annonce le retour de la volatilité dans les marchés. Ainsi, le VIX, l’indicateur de volatilité du CBOE a atteint un haut de 23.38 le 9 mai, bien au-delà de sa moyenne mobile des 200 derniers jours qui se situe à 16.79.

[1] https://www.usitc.gov/tariff_affairs.htm

 

Comment débuter en Bourse sans se casser la tête?

Débuter en Bourse peut sembler un véritable casse-tête pour plusieurs futurs investisseurs et négociants actifs. Ainsi, il existe différentes étapes pour que vos débuts à la Bourse se fassent rondement et sans tracas. Tout d’abord, pour ne pas se casser la tête, il est fondamental de se former. En effet, la formation permet d’apprendre les trois éléments qui font que 90% des investisseurs actifs perdent de l’argent : le contrôle des émotions, la discipline et le bon choix de titre. Bien sûr, tous ces éléments s’apprennent avec le temps et il est totalement possible d’apprendre ces notions par l’entremise d’internet. Cependant, il est important d’être prêt à passer de nombreuses heures, voire de mois, de recherches et de pratique avant d’être prêt à transiger. De cette façon, il faut percevoir la formation comme un ticket d’entrée rapide dans le milieu de la Bourse.

Dans un second temps, la formation choisie doit contenir deux volets : le volet théorique, soit la théorie derrière la négociation active profitable, ainsi que le volet pratique, soit comment appliquer cette théorie. Bien souvent, cela se présente sous deux façons : des cours en salle ou en ligne pour la théorie et des sessions d’accompagnement, du mentorat ou des sessions de négociation en direct pour le volet pratique. De cette façon, vous ne vous casserez pas la tête avec la théorie, ni pour la pratique, et si jamais vous avez des questions, vous aurez toujours quelqu’un pour y répondre.

Dans un troisième temps, lorsque l’on débute en Bourse, on peut être tenté de vouloir tout transiger en même temps. Or, cela n’est vraiment pas la bonne stratégie à adopter. Lorsque l’on débute, il est important de cibler un produit financier que l’on désire transiger, que ce soient des actions, des options, des contrats à terme, etc., et ensuite, se pratiquer le plus possible à transiger sur ce produit.

Finalement, pour débuter en Bourse sans se casser la tête, il est nécessaire de commencer à transiger sur un bon simulateur. Ainsi, aujourd’hui, la majorité des plateformes d’accès direct, telles que Interactive Brokers ou Thinkorswim, de même que certains sites internet comme Investopedia, Barchart ou Investing.com, permettent à leurs utilisateurs de se créer un portefeuille fictif et de négocier différents produits financiers, allant de l’action, aux options, en passant par les contrats à terme. De cette façon, votre apprentissage vous sera beaucoup moins coûteux et vous permettra d’attaquer le marché avec de l’expérience.

Par Nicolas Gauthier, B.A.A. profil Finance et contributeur chez DayTrader Canada

 

Sources :

https://www.bbc.com/news/business-48253002

https://www.cnn.com/2019/05/10/business/china-us-tariffs-trade/index.html

https://www.npr.org/2019/05/15/723653269/tariff-waivers-let-u-s-government-pick-winners-and-losers

https://www.wsj.com/articles/who-pays-the-trump-tariffs-we-do-these-americans-say-11557937827

https://www.usatoday.com/story/money/2019/05/13/tariffs-china-imports-trade-war-threatens-farmers-manufacturers/1191088001/

https://www.cnbc.com/2019/05/14/chinas-new-tariffs-are-hitting-us-farmers-at-every-single-angle.html

https://seekingalpha.com/article/4264480-transportation-ipo-review-lyft-uber-hit-brakes

https://markets.businessinsider.com/news/stocks/uber-technologies-publicly-listed-company-initial-public-offering-2019-5-1028189839

https://www.wsj.com/articles/uber-and-lyft-get-creative-with-numbers-but-investors-arent-blind-to-the-losses-11557826202

https://www.latimes.com/business/hiltzik/la-fi-hiltzik-uber-lyft-ipos-20190514-story.html

https://www.nytimes.com/2019/05/15/technology/uber-ipo-price.html

Quantitative Analysis of Investor Behavior 2014, site internet de dalbar,[en ligne]

 

Avis et déclaration:

L’auteur de ce billet déclare ne détenir aucune position dans les titres mentionnés et de ne pas avoir l’intention d’initier une position dans les 72 prochaines heures. Cet article est une opinion et ne doit en aucun temps être considéré comme un conseil en investissement.

Le contenu de ce billet, les données financières et économiques incluant les cotes boursières ainsi que toutes analyses et interprétations de celles-ci sont fournies à titre d’information seulement et en aucun cas ne doivent être considérées comme étant une recommandation ou un conseil d’acheter, de vendre, de vendre à découvert ou poser tout autre acte envers toute valeur mobilière, tout instrument dérivé ou tout actif ou classe d’actif quelconque.

L’investissement autonome actif devrait être considéré comme une activité de nature spéculative qui de par cette nature peut comporter des risques importants pouvant entraîner des pertes significatives en capital. Un investisseur autonome actif se doit d’avoir une compréhension de sa tolérance au risque et de ses objectifs d’investissement avant de considérer l’investissement autonome actif comme activité.

DayTrader Canada et les membres de son équipe ainsi que les collaborateurs externes ne peuvent donner aucune garantie ni assurance que les transactions boursières effectuées par ses lecteurs ou clients seront profitables. De plus, les membres de l’équipe de DayTrader Canada, ses formateurs et les collaborateurs externes, ne donneront, en aucun cas durant des formations ou toutes autres activités, des recommandations d’achat ou de vente sur des instruments financiers en particulier.

DayTrader Canada, ses administrateurs, dirigeants, employés et mandataires ne seront aucunement responsables des dommages, pertes ou frais encourus à la suite de la mise en application des notions apprises dans ses formations et/ou de l’utilisation de ses services.